2. L’intelligence professionnelle et les adaptations

Le travail soumet chaque personne à l’obligation de procéder à des adaptations : ajustement de l’action à la diversité et à la variabilité des situations et des tâches, adaptation des conditions du travail pour le rendre faisable et pouvoir atteindre les buts visés, anticipation des changements.

Comment l’intelligence se manifeste-t-elle pour répondre à ces défis quotidiens du travail ?

Ruses, trucs, bricolage, gestes et ficelles de métier, règles de l’art composent une gamme de possibilités permettant de faire face aux exigences des situations.

Peut-on reconnaître, à travers celles-ci, des indicateurs de l’intelligence professionnelle ? Comment alors les prendre en compte pour la formation ?

Comment former et développer une intelligence qui permet de faire face à ce qui ne peut complètement être prévu ?

Également, que devient l’intelligence lorsqu’elle n’est pas attendue, voire empêchée au travail ?

Que devient-elle lorsque le travail ne la sollicite pas assez ou ne la laisse pas s’exprimer ?

Lorsque les évolutions du travail sollicitent des adaptations profondes, comment l’intelligence se transforme-t-elle ?

Comment participe-t-elle à ces transformations ?

Parallèlement, comment la formation d’une part et les conditions du travail d’autre part contribuent-elles à la fois au développement et à une nouvelle configuration de l’intelligence professionnelle ?

Comment et à quelles conditions peut-on s’appuyer sur cette intelligence professionnelle pour anticiper, décider, orienter les mutations du travail et des organisations ?